Qu’est ce que le no-code ? 

Publié le 30 septembre 2022

Qu’est-ce que le no code ?

No-code définition :

No Code (abrégé en « nc ») désigne un ensemble de techniques qui permettent d’élaborer des logiciels sans écrire une seule ligne de code source. Ces techniques sont souvent utilisées pour développer des applications mobiles et web, mais également des interfaces utilisateur graphiques ou des applications hybrides. Elles reposent sur des modèles graphiques (templates) et la génération automatique de code.

L’idée est de permettre à l’utilisateur final d’interagir avec un site web ou une outil informatique sans écrire une seule ligne de code, ce qui permet de réduire les coûts et les délais du développement.

Le terme a été inventé par le développeur américain James Martin en 2007. La notion de « no-code » est apparue dans les années 1980, avec des outils comme la suite logicielle Microsoft Frontpage (devenu SharePoint) et ses plugins qui permettent aux développeurs de créer des interfaces graphiques sans avoir à écrire le moindre code.

En 2003 c’est l’avènement de WordPress, la plateforme de développement sans code la plus utilisé dans le monde pour la création de sites web.

Le terme no-code a été popularisé en 2008, lorsque le magazine Wired a publié un article sur les développeurs qui utilisent ces technologies dans le cadre de leur travail. La notion de no-code a évolué au fil des années, jusqu’à devenir une véritable tendance, notamment dans les domaines du développement mobile et web, de l’informatique décisionnelle ou des interfaces utilisateur graphiques.

Le no code pour les entreprises

Le terme est parfois utilisé pour qualifier des outils qui permettent de générer automatiquement du code (en anglais, « no-code generation »). Les applications développées avec des techniques de no-code sont souvent destinées à un usage en entreprise pour des utilisateurs non experts c’est à dire à des profils métier.

Les fonctionnalités d’une plateforme no-code :

Les plateformes no-code sont souvent considérés comme des solutions permettant aux entreprises d’être plus agiles dans leur gestion informatique en évitant d’avoir recours à un développeur dédié. Le développement no-code peut aussi parfois être utilisé pour créer des applications de type SaaS (Software as a Service).

Les fonctionnalités principales pour la création d’applications métier no code

  • Développement d’interface web,
  • La création de workflows / automatisations,
  • Gestion de la navigation,
  • Gestion des utilisateurs,
  • Gestion de l’affichage et du rendu (personnalisation).

Quels logiciels d’entreprise peuvent être développés en no-code ?

La tendance au No-Code est de plus en plus présente, et les ERP ne sont pas forcément la première cible du développement no-code. En effet, le développement d’application no-code se concentre aujourd’hui sur des projets qui nécessitent une certaine flexibilité et une grande rapidité dans la prise en main. Ces outils sans code traitent souvent un périmètre restreint.

Quels sont les outils No Code ?

Voici quelques exemple d’applications no code :

  • Activecampaign.com : Plateforme Marketing pour générer des e-mails marketing et des automatisations auprès de vos clients et prospects.
  • Calendly.com , un outil connecté à votre agenda pour gérer la prise de rendez-vous en ligne,

  • Webflow.com pour la création et l’hébergement de site internet

  • Webflow.com pour la création et l’hébergement de site internet

Le développement no-code est aussi une manière de répondre à des problématiques d’agilité et d’amélioration du travail en équipe.

En effet, le développement no-code permet de faire travailler ensemble des personnes aux profils différents : les développeurs, mais aussi les utilisateurs finaux. Le développement no-code permet donc de créer des applications très proches des besoins terrain.

La mise en place d’applications no-code est souvent préférée au développement traditionnel par le fait que les équipes IT ne sont pas forcément dédiées à la création d’applications, et n’ont donc pas toujours les compétences nécessaires pour le développement.

En passant par des plateformes No code SaaS les entreprises évitent ainsi d’avoir à gérer en interne l’hébergement, la maintenance et le support des outils créés. Elles peuvent donc se concentrer sur leur cœur de métier.

Enjeux du no-code

Le développement de solutions en no-code est souvent perçu comme un moyen de réduire les coûts liés au développement informatique, mais aussi comme un moyen de se libérer des contraintes liées aux langages et aux outils traditionnellement utilisés dans la réalisation d’une application informatique.

Les plateforme de développement sans code mettent à disposition de leurs utilisateurs des outils / blocs prêts à être utilisés. Il suffit de les assembler pour former une application ou un process.

Ces solutions sont très appréciées pour leur expérience utilisateur visuelle, ergonomique et simple d’utilisation. Vous pouvez créer des automatisations et des interfaces sans la moindre ligne de code.

Un des meilleurs outils sans code, très utilisé dans le marketing est certainement Zapier qui permet de créer des automatisations simples entre applications du marché.

Les inconvénients du no-code :

Le développement no-code permet généralement de créer des fonctionnalités ou des interfaces utilisateurs simples. Ces solutions ne sont pas les plus performantes pour créer des applications métier nécessitant un travail d’UX design ou de développement sur mesure.

En effet, les boites à outils no-code sont faits pour des usages relativement simples et ne sont pas faits pour gérer des types de taches complexes.  Ces outils ne peuvent donc pas proposer aux utilisateurs finaux une application mobile qui leur apporte une expérience utilisateur optimale et personnalisées.

C’est pour cela qu’il faut prendre garde à ce que la solution utilisée ne soit pas trop limitée en fonctionnalités.

Le low code est-il une alternative intéressante au no-code ?

C’est pourquoi les solutions low code sont plus adaptées au monde de l’industrie ou les besoins client sont souvent pointus. Grâce à la technologie low code, les temps de déploiement sont améliorés par la technologie low code qui va permettre d’adresser une très grande partie des besoins en low code.

Le low code garantie la porte ouverte au code et donc à des fonctionnalités sur mesure et une expérience utilisateur optimisée. C’est dans ces conditions que l’outil informatique devient alors un véritable allié productivité, en répondant totalement au besoin du client. Il représente alors un facteur différentiateur et source de rentabilité pour l’entreprise, un bien rare dans un monde industriel toujours plus compétitif.

Quel est l’impact du No Code Low Code dans le monde de l’IT ?

Le low code est une approche qui se développe actuellement afin de permettre de créer des applications à moindre coût, grâce à des outils de programmation et de développement simplifiés. Cette approche a pour but de rendre le développement d’applications plus accessible aux personnes qui ne possèdent pas les compétences nécessaires en programmation. En effet, la plupart des applications mobiles sont aujourd’hui créées à l’aide de solutions low code.

Le low code permet donc d’entreprise des projets de digitalisation sans avoir de compétences techniques poussées. Les développeurs peuvent ainsi créer des applications mobiles à moindre coût et rapidement.

Selon Gartner, d’ici 2025, 70% des nouvelles applications développées par les entreprises utiliseront des technologies low-code ou no-code, contre moins de 25% en 2020.

La raison ? le nombre de plateformes No-Code Low Code se multiplie et les prix diminuent. En parallèle, le besoin des entreprises augmente pour répondre à des enjeux de productivité et de rentabilité. A travers l’approche low code, les entreprises s’équipent plus facilement d’applications métier :

Pour être capable de répondre à des besoins métier rapidement

Pour travailler sur des données à jour et obtenir une meilleure réactivité face aux clients

Pour ne plus perdre de temps dans la ressaisie d’informations d’un logiciel à l’autre

Pour gagner en autonomie dans la digitalisation de leurs processus

Quels domaines d’activité utilisent le plus le no-code ?

Le no-code est utilisé dans des domaines variés, et pas seulement pour créer des applications mobiles ou des sites web à faible coût. En effet, le développement low code peut être utilisé dans de très nombreux secteurs :

La santé : les applications développées par les hôpitaux peuvent utiliser cette approche. Les médecins peuvent ainsi avoir accès à des outils de diagnostic en temps réel (dashboard).

L’industrie : dans le secteur industriel, le low code est utilisé pour créer des prototypes et tester rapidement de nouvelles solutions pour le suivi des temps, le suivi des affaires, la réception de la marchandise, etc…

La banque : les banques utilisent cette approche pour développer des applications mobiles à faible coût. Elles peuvent ainsi avoir accès à une application mobile sans avoir à dépenser d’importantes sommes d’argent dans le développement.

La vente en ligne : les applications mobiles développées en low code peuvent être utilisées pour créer des sites e-commerce, ou pour vendre des produits directement sur l’application.

Le marketing : le développement low code peut être utilisé pour automatiser des actions entre applications du marché (voir outil zapier).

Comment les entreprises peuvent utiliser le low code ?

Le low code est un moyen simple et économique de créer une application métier ou un logiciel pour les petites et moyennes entreprises.

Quelles sont les étapes de la création d’une application no code / low code ?

  1. Définir le besoin : la première étape consiste à définir le besoin de l’entreprise, en définissant ce que les utilisateurs souhaitent faire sur son application et ce qu’il n’en veut pas en se focalisant sur les éléments et fonctionnalités principales.
  2. Réaliser une maquette : le but de cette étape est d’obtenir un premier aperçu de l’application. Il faut donc créer une maquette, c’est-à-dire un modèle d’application, à partir duquel il sera possible de développer des fonctionnalités.
  3. Faire tester l’application prototype aux utilisateurs finaux : Une fois la maquette réalisée, les utilisateurs pourront tester les fonctionnalités de l’outil et lister les améliorations à effectuer.
  4. Améliorer l’application : réaliser les améliorations listées par les utilisateurs. En fonctionnant par cycles création / tests / amélioration pour chacun des modules de l’application, on s’assure de créer un outil qui répond vraiment aux besoins des utilisateurs au fur et à mesure du projet.
application métier

Articles complémentaires



Découvrez l'intégralité de nos webinaires

X